mercredi 30 mai 2018

Notre voyage extraordinaire sur le Bella Desgagnés

       Le lundi 21 Mai 2018 à 19h, nous embarquons sur le cargo ravitailleur de 2013, le Bella Desgagnés au départ de Rimouski.
Le  Voyage Extraordinaire du Bella Desgagnés 
  Le Bella Desgagnés est un cargo mixte qui transporte aussi bien des conteneurs ( pour approvisionner les villages côtiers de la Basse-Côte-Nord ) que des passagers, 2220 km A/R de Rimouski jusqu'à Blanc-Sablon en 7 jours ( trajet aval-du lundi soir au vendredi matin / trajet amont-du vendredi soir au lundi matin )
  Ce navire de taille humaine - 8 ponts-160lits (63 cabines)-400 sièges-43 employés-vitesse de 12,5 nœuds ( 19km/h )-eau potable à bord-repas - nous a fait vivre une expérience unique, une chance de découvrir des paysages, des villages, des populations, de la faune, occasion unique de se laisser porter de village en village sur les eaux bleu acier en cette période de l'année. Le bleu de l'eau et du ciel sont séparés par des bandes de terres semblant apparaitre de part et d'autre du navire.

 C'est notre premier voyage sur un navire cargo, sommes donc pressés d'y monter, un mélange d'excitation et d’émotions.
   Notre périple nous conduira jusqu'au 51eme parallèle jusqu'à  Blanc Sablon, le village le plus à l'est du Québec à 5mn du Labrador.
Nous prenons possession de notre cabine sur le 6e pont, grande fenêtre, sol en bois de teck verni, beaucoup de  rangements, deux grands lits confortables, et un chauffage au sol dans la sdb :-))
Puis prenons nos repères, ce qui n'est pas facile la première fois sur un navire, beaucoup de portes, de couloirs, et d'escaliers, c'est un monde en soi.
Quelques craquements, des conteneurs sont chargés pour Sept-Îles notre prochaine escale.
Sur le pont 8
    Un regard vers le coucher de soleil sur Rimouski que nous quittons à 22h.
Nous avons rdv au pont 8 ( bar et salle de réunion ) pour une réunion d'information.
    Sonia, notre animatrice pour la semaine ( nous sommes chanceux c'est la première session d'animation de la saison ) est là pour nous donner des renseignements et répondre à nos questions, nous proposer des soirées cinéma, des sorties accompagnées, de la documentation, visite du navire.......et barmaid à certaines heures de la journée.
Grue de 25m 40 tonnes
       Le directeur de Relais Nordik est là pour nous expliquer ce qu'est ce navire, son utilité dans cette partie du pays, sa démarche écologique, ( un navire équivaut à 870 camions - réduit le trafic routier )  quand on sait que la route 138 s'arrête à Natasqua et que la population dépend du ravitaillement de avril à mi-janvier, on peut amplement imaginer la cargaison du navire: ça va de boîtes de pizza, médicaments, matériels de pêche, camions, voitures et nourritures diverses.
Tout pour assurer le ravitaillement d'une population isolée.
4500 conteneurs / an
         ici ne  cherchez pas de casino, de salles de spectacle et de soirées dansantes, vous n'êtes pas au bon endroit, ce navire apporte d'autres activités pour d'autres aspirations, observer, explorer, apprendre, rencontrer, partager.
Nous allons naviguer sept jours dans le golfe du Saint-Laurent, suivre la route des baleines, aller de Rimouski à Blanc-Sablon en aval puis le même chemin en amont,   en passant par :
       -Sept-Îles, Port-Menier, Havre Saint-Pierre, Natashquan, Kegaska, La Romaine, Harrington Harbour, Tête-à-la-Baleine, La Tabatière, Saint-Augustin, et Blanc-Sablon.
           Tout ça avec des horaires à respecter, notre navire peut dans la même journée accoster dans 4 villages différents......faut suivre la cadence et, en plus des retards  peuvent se produire,  on jongle avec les sorties et les retours  à l'heure svp, car on est là pour profiter de tout ce que la Basse-Côte-Nord peut nous offrir. Donc à nos appareils photos et nos jumelles, les Eiders à Duvet n'attendent que nous.
 Escale 1 : Sept Îles ( mardi 22 Mai trajet aval )
      Après une première nuit sur des eaux calmes, notre premier arrêt est Sept-Îles à 9h30

 Le réveil se fait doucement vers 6h30, un léger tangage nous rappelle que nous sommes sur l'eau. La cabine est confortable, bien insonorisée, et le chauffage du sol de la salle de bain, un must.
           Je regarde par la fenêtre et le Saint-Laurent frissonne sous le vent, une bande de terre grise souligne sa courbe. Le village se rapproche de nous.
Après le petit déjeuner copieux nous accostons à Sept-Îles ( fondée en 1661, 1er métropole de la Côte-Nord, berceau des Innus ) , nous avons 3 heures pour visiter le village. Faisons scanner notre ticket d'embarquement ( nous le referons scanner en remontant sur le navire- obligatoire )
Une fois sur le quai nous restons un moment pour admirer le navire et regarder comment se fait le chargement des conteneurs,  nous prenons à gauche, le chemin du littoral direction le Parc du Littoral, le temps est gris et froid, quelques flocons de neige viendront même nous balayer le visage, l'hiver nous rappelle que nous allons vers le nord-est ................
navires attendant devant le port
          Une balade sur le vieux quai ( Route des baleines ) nous mène au village Innu Uashat, ( 3500 habitants ) un quartier tout en boucles aux maisons colorées, pour arriver à l'ancien poste de traite ( peaux ) reconstitué ( compter 1h15 depuis le quai ) qui était fermé.
nasses de pêcheurs de crabes
Aujourd'hui ville moderne, pôle dynamique de la Côte-Nord.
escale 2  : Port-Menier ( mardi 22 Mai trajet aval )
En soirée, le navire accostera sur l'Île d'Anticosti ( Port-Menier ) vers 21h.
La ville doit son nom à Monsieur Menier, le chocolatier français qui acheta l'île en 1895, et qui a introduit les Cerfs de Virginie qui sont au nombre de 160000 aujourd'hui
 Il fait déjà nuit lors de notre premier passage, Gilles descend tout de même
église de Port-Menier de nuit
 Nous prendrons des photos de jour lors du trajet en amont.
Des épaves, des phares, des cascades, des cerfs, attirent les visiteurs.
escale 3 : Havre-Saint-Pierre ( mercredi 23 Mai trajet aval  ) 
Fondé en 1857 par des familles acadiennes  venues des Îles de la Madeleine, jadis appelé Pointe-aux-Esquimaux,  car habité par des Inuits.
                    Réveil à 4h00 pour un lever de soleil prévu à 4h15 et un accostage à 4h45. Nous attendons dans le salon VIP du pont 6 (  aux fenêtres panoramiques ) le lever de soleil sur l'eau noire du Saint-Laurent.
      IMprévu : le Bella a un  retard de 2h30,  accostage prévu à 7h15
Nous montons au pont 8,  sur la coursive,  le sol est gelé, vent et froid nous accueillent à mesure que nous approchons du 51e parallèle. L'eau est d'huile.
Une balade sur la Promenade des Anciens pour une belle vue sur le Golfe.  Un détour par les rues encore calmes autour de l'église au clocher fait de dentelles d'acier. Agréable avec le soleil.
escale 4  : Natashquan ( mercredi 23 Mai trajet aval )
Ce village attachant avec ses maisonnettes de pêcheurs " Les Galets " posées
 sur de gros galets. Patrie de Gilles Vigneault où il a puisé son inspiration
  Des sentiers pédestres, rivières, plages de sable fin, une nature authentique. 
Relié au réseau routier depuis 1996 ( prolongement de la route 138 )  un lieu de tourisme culturel, légendes et contes. Prospection minière et tourisme sont ses deux fers de lance de nos jours. On y cultive de la chicouté ( mûres jaunes)
escale 5 : Kegaska ( mercredi 23 Mai trajet aval ) 
De nuit
de jour
            Fin de la route 138 et début de la Basse-Côte-Nord ( 375 km jusqu'à Blanc-Sablon ) beau petit village aux maisons colorées posées sur des rochers, des anses aux courbes douces, en hiver on y accède par la route blanche et en été avec le Bella desgagnés 

Cette région est  peuplée de familles originaires de Terre-Neuve ( fin du XXs) 
de francophones et d'Innus.
     à voir : sentiers pédestres, plages de sable blanc, on y pêche du crabe, du homard et du pétoncle. Roches de granite rose et de quartz.
De retour au navire, nous avons pu enfin goûter du Homard et du crabe au souper.  
escale 6 : La Romaine ( mercredi 23 mai) 
Pas de photos du trajet aval, pour cause de passage dans la nuit, ci-dessous les photos du trajet amont du 26 mai.
 A côté de l'embouchure de la rivière Olomane, La Romaine se pose, comprenant une petite population de langue française et d'une grande communauté d'Innus ( Unamen Shipu ) Les Français puis les Britanniques prirent le contrôle de ce poste de traite puis est devenu le lieu de rencontre des Innus et des européens.
Journée grise et tristounette, nous marchons sur la route un moment puis retournons sur le navire, la météo est vraiment très désagréable, Sonia donne un cours de botanique à quelques intéressés
Elle nous prépare un bon thé chaud du Labrador et quelques dégustations de confitures locales ( Chicoutais  et airelles  ) demain c'est dimanche et nous nous dirigeons   vers Port-Menier, sur l'Île d'Anticosti où nous accosterons vers 14h.  ( Le capitaine à rattrapé son retard )
escale 7 : Harrington-Harbourg ( jeudi 24 mai ) 
 Les cinéphiles doivent se souvenir de ce village où a été tournée le film
 " La Grande Séduction "
          en approchant du quai, comme toujours, la magie du dépaysement se fait jour, des roches usées défilent devant nous, un grand soleil pour éclairer tout ça extraordinaire ! est le premier mot qui me vient à l'esprit, le vent joue avec les habits sur la corde à linge qui donnent la direction du vent,  
des belles maisons entourées de trottoirs en bois ( environs une dizaine de km construits depuis 1960 en même temps que l’électricité )  jouent à saute-moutons sur les rochers. 
 entre roches et mer on ne sait où donner de la tête. Nous passons devant des tas de neige qui se cramponnent encore aux rochers recouverts de lichens. ici tout tourne autour du poisson grâce à une usine de transformation.
Isolé certes mais quel charmant petit village de 255 habitants.
Départ du navire ce jeudi à 12h30.
      
  escale 8 : Tête-à-la-Baleine ( jeudi 24 mai )

d'où le nom Tête-à-la-baleine
  
Quel incroyable décor, plus de 600 îles nous accompagnent en arrivant en approche de Tête-à-la-Baleine, des paysages épurés, balayés par le vent glacé de Mai. La neige est encore présente et on a l'impression que le pays tout entier restera figé dans cette saison interminable, que rien ne viendra remplacer ces congères.....jamais !

L'eau, la roche, la toundra avec sa végétation si particulière, comme écrasée par le froid et le vent, d'étonnantes plantes carnivores ( Sarracénie Pourpre ), se trouvent à raz du sol.
genièvres, camarines, mousses, lichens, les points rouges des airelles 
conservées sous la neige pendant tout l'hiver, donnent au littoral une allure de palette de peintre. Beauté !
Thé du Labrador
 escale 9 : La Tabatière  ( jeudi 24 mai trajet aval ) 
              Nous atteignons La Tabatière en soirée, pour cause de mal de mer pas de sortie pour moi, nous regardons l'accostage du salon du pont 6. 
                  Ancien poste de traite au 18e siècle, et au 19e siècle une usine de production  d'huile de loup marin est construite. Est fermée depuis 2012.
Tabatière vient du mot amérindien " tabaquen " qui signifie sorcier. On peut y visiter le lac de l'Aqueduc, l'église anglicane St Andrew et l'église catholique Saint-Joseph.
 escale 10 : Saint Augustin  ( jeudi 24 mai )
   nous ne descendons  pas car l'accostage se fait dans la nuit, nous aurons l'occasion de visiter le village lors de notre trajet en amont. 
en approche lors du trajet en amont
Un des plus grands villages de Basse-Côte-Nord, les Innus de Saint-Augustin pratiquent beaucoup de leurs activités de subsistances  ancestrales  comme la pêche sur les îles avoisinantes.
 escale 11 : Blanc-Sablon ( Vendredi 25 mai ) 
      L'arrivée est prévue à 8h 45 ce matin, mais dans la nuit je me suis aperçu qu'il faisait jour dans la cabine ( à 2h30 ) en fait le soleil ne s'est pas couché, nous sommes sur le 51e parallèle, ce qui donne une drôle de sensation, une lumière, pas de plein jour, trouble,  donne une couleur bleutée à la côte, à l'eau et au ciel, et un trait orangés frange l'horizon. 
2h30 le matin
Je reste là à regarder le jour devenir vraiment le jour. Terre-Neuve est à tribord et devant nous la beauté glacée d'une terre de roches et de neige bordée d'une eau sombre. Des nuages floconneux blancs se détachent sur un fond bleu pâle, même l'air que l'on respire semple d'une pureté incroyable.
Blanc-Sablon et le 51e parallèle, le bout de la terre du Québec la plus à l'est juste avant  la frontière du Labrador, à 90mn en traversier de Terre-Neuve. 
       Avec des jumelles on scrute tantôt à bâbord tantôt à tribord, le soleil nous salut en faisant scintiller les eaux du golfe fendues par notre navire.
en haut la statue de Notre Dame de Lourdes
à mesure de son avancée, comme des aventuriers, des explorateurs, nous avons l'impression d'arriver au bout de la terre.... de notre voyage sûrement ! 
     De petites maisons devant nous semblent se blottir les unes contre les autres pour se tenir au chaud en nous attendant. La couleur monochrome du décor fait peser à une toile de Klein. 
Nous voici aux premières loges pour un zoom sur Blanc-sablon. Nous prenons la route vers le village, son église, son épicerie, la frontière du Labrador est à 5mn.
Blanc-Sablon le village le + à l'Est du Québec
 Nous avons la chance de nous faire emmener par une dame du village, elle nous fait le tour de Blanc-Sablon, découvrir des artistes locaux 
fait le guide, une gentillesse incroyable, nous emmène sur les hauteurs, jusqu'à Notre Dame de Lourdes ( une statue apportée de France vielle de 102 ans ) une belle visite ensoleillée avec une dame charmante

 Notre voyage en aval est terminé, le Bella Desgagnés charge les derniers containers pour continuer sa route en amont désormais, nous allons repasser par tous les villages où nous sommes déjà passés ( à des heures différentes ) , notre prochaine halte se fera à Saint-Augustin que nous n'avions pas visité au trajet aval. 
à gauche le traversier qui revient de Terre-Neuve ( 90 mn )
1er escale: Saint-Augustin ( vendredi 26 mai trajet amont ) 
Notre route se poursuit en amont à bord du Bella Desgagnés, le village de Saint-Augustin est l'un des plus grands villages de la Basse-Côte-Nord mais est bien trop loin du quai, il nous faudrait 2h30 pour y aller à pied, et nous n'avons qu'une heure d'escale. 
Mais le spectacle se fait avant le débarquement, d'innombrables îles défilent devant nous à bâbord et à tribord et il nous semble que ce décor vaut à lui seul le voyage. nous arrivons à un petit quai, devant nous une unique rue recouverte de grès rose.
 La végétation se compose de lichens, de thé du Labrador, des arbres fins et élancés contrastent avec la végétation des autres villages de la Côte. Des chattons vigoureux annoncent la venue du printemps .....
Nous cherchons le chemin qui mène à une plage, mais les 40cm de neige qui le recouvre ne nous permette pas d'y accéder, nous nous contentons de regarder et d'admirer la végétation

2e/ 3e/ 4e/ 5e/ 6e escale ( samedi  27 mai trajet amont ) 
Ce samedi le navire va faire six fois escale dans la journée, de jour et de nuit.
Pour nous réveil à 6h30 en même temps que notre arrivée à Harrington Harbour que nous ne visiterons pas ( nous l'avions déjà visité lors du trajet en aval ) en plus il fait extrêmement froid ( il a neigé 30cm à Terre-Neuve ). 
Nous allons un peu nous la couler douce, allons au pont 8 pour un exposé que nous propose Sonia, sur le fonctionnement du navire.
Après le repas de midi ( toujours très bon ) nous faisons escale à La Romaine à 14h30 village que nous n'avions pas encore visité lors du trajet en aval.
Puis
Île d'Anticosti : Port-Menier (trajet Amont )  photos de jour

De coquettes maisons bordent le bord du Golfe du Saint-Laurent.
l'église de Port-Menier
Nous avons visité Port-Menier à " la japonaise " c'est ça le premier inconvénient que de voyager sur un cargo, lorsqu'il a terminé son travail de chargement / déchargement, il faut monter à bord et repartir.
 nous passons tard ce soir à Sept-Îles avant de retourner lundi matin à Rimouski pour la fin du voyage. Un voyage qui permet de voir des paysages époustouflants, d'apprendre beaucoup sur ces contrées loin de tout, de rencontrer, de comprendre.....enrichissant et beau seront mes mots de conclusion. 
N'oublions pas la gourmandise, qui a aussi fait partie du voyage, le homard, le crabe et tous les bons poissons préparés par Sandra et son équipe était délicieux. je vous mets les photos pour vous donner envie à vous aussi d'aller à la rencontre de la Basse-Côte-Nord   
Pour tous les renseignements et réservations : Relais-Nordic.com

8 commentaires:

  1. Ça avait l'air super ce voyage! Bisous . Julie

    RépondreSupprimer
  2. exceptionnel !
    mais j'ai pas plus le pied marin que ça .....!!schmoutz

    RépondreSupprimer
  3. wow merci de partager avec nous! J'irai un jour!

    RépondreSupprimer
  4. Sympa le boat trip , je compatis pour le mal de mer ...cest un enfer
    Bises
    Régis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut , heureuse de te lire ...enfin !
      c'était une belle expérience
      schmoutz

      Supprimer
  5. Salut
    C'est un bon rapport presque celui d'une journaliste touristique et culinaire
    le route 138 se termine actuellement à Kégaska
    et ensuite c'est la route blanche utilisée 9 mois par an
    seulement quand il y a de la glace et de la neige

    un jour dans quelques temps,
    il y aura un tunnel de 30 Km creusé profondément sous la voie de passage des iceberg
    pour passer des câbles électriques à haute tension qui alimenteront d'énergie propre du Labrador
    et tant qu'à forer un tunnel, on y fera passer un train pour voitures et passagers
    comme l'Eurotunnel...
    www.journaldemontreal.com/2018/04/27/un-tunnel-vers-terre-neuve

    À +

    RépondreSupprimer

Bonjour à Tous
Pour les personnes qui n'ont pas de blog ou n'ont pas de compte chez google,
Si vous aimerez me laisser un message
1) écrire le message en mettant votre nom
2)Prenez l'option "Anonyme"
Allez lancez vous et venez me faire un petit coucou
à bientôt pour vous lire
Annick